Autres commentaires sur la vision d’avenir proposée

Comment définiriez-vous l’identité et les singularités de la façade Méditerranée ?

Ajouter ma contribution
  • La vision d’avenir proposée est bonne

    AVSANE - 24 Mars 2018 - 17h57

    Il faut d’autre part préserver les écosystèmes voire les restaurer si dégradés.
    Le plus difficile est sans doute la gestion du tourisme littoral : de loin la 1ère activité économique marine dans nos régions mais qui impacte beaucoup l’environnement. Diminuer la pression touristique : étalement sur l’année, développer des activités attrayantes sur une bande côtière en profondeur (parcours découvertes, …), décharger les sites de plongée naturels par des sites avec des récifs artificiels, développer les applications d’usage (partage des supports-nautisme par ex-via des applications type RB NB,…)

  • La vision d’avenir proposée est bonne

    AVSANE - 24 Mars 2018 - 17h55

    Il faut organiser les activités économiques pour qu’elles soient cohérentes entre elles et avec les objectifs du bon état écologique des eaux marines et des écosystèmes.
    Il faut donc d’une part donner des priorités :
    • Transport maritime non polluant,
    • Pêche responsable,
    • Énergies renouvelables marines situées dans des zones ayant les impacts moindre sur les autres activités et sur l’environnement :(loin des côtes, éviter les zones d’oiseaux migratoires, aménager l’architecture des zones pour leur compatibilité avec la pêche professionnelle, …),
    • Tourisme durable.

  • Une mixité des milieux et une grosse économie qui empiète sur la nature

    Marjo - 22 Mars 2018 - 12h32

    La façade Méditerranée de la France à la singularité d'avoir des côtes sableuse, des côtes rocheuses, des lagunes et d'être un lieu de passage avec les frontières Espagnole et Italienne.
    Tout ceci lui apporte énormément d'activités notamment l'été. Il est nécessaire de préservé ces activités qui prennent une grande place dans l'économie de ses régions. On peut cependant trouver des solutions pour que chacun exerce son activités sans gêner celle des autres et surtout sans nuire aux milieux marin et littoral.

    D'un autre côté, elle est aussi un lieu de seconde zone avec beaucoup de propriété secondaire qui ne sont pas occupé le reste de l'année, ce qui est dommage et parfois difficile pour les petites communes. Et qui pourtant se continu de construire pour accueillir plus de touristes ce qui naturellement dénaturalise les paysages.

  • Une instance reunissant toute la bordure

    Isabelle Gouleret - 22 Mars 2018 - 06h35

    Il faut aider les pays qui partage notre mer
    -economiquement
    - socialement
    - militairement

    Cette instance doit s inspirer des projets anciens de la droite en meme temps

    L arret de la pollution et de l immigration est primordial
    Ex aider le liban a gerer ses poubelles
    Ex aider la libye a conserver ses habitants et ses migrants
    Ex deployer une force militaire regulatrice

  • Pays entourant la Méditerranée

    S-eve S-eve - 21 Mars 2018 - 12h55

    Je n'ai pas lu tout ce qui est écrit sur tous les thèmes, mais il n'est pas simple de tout concilier. La priorité de la sauvegarde de la Méditerranée, de sa faune et flore, de son "entretien", ne peut venir que de la France. Il faut nécessairement impliquer les autres pays d'Europe et d'Afrique du nord. Mais arrêtons toutes ces paroles que tous les gouvernants successifs prononcent et qui ne sont presque pas suivies d'actes ou alors d'actes contraires... Monsieur le Ministre de la Transition Ecologique, c'est le moment d'agir !!! Et d'encourager ceux qui veulent agir pour le bien commun public !!!

  • Une perte d'identité qui ne fait que croître

    citoyenlittoral - 18 Mars 2018 - 17h09

    L’identité est fortement liée à la population locale et à son mode de vie mais les habitants sont tenus hors développement touristique. Les richesses qui font l’identité du littoral sont bien souvent inaccessibles ou visitables dans de mauvaises conditions l’été.
    Le développement d’une identité forte, atout du tourisme de demain, exige de remettre l’être humain au centre de la réflexion : le visiteur et l’habitant. Les visites avec des guides propres aux structures touristiques, les animations, les épiceries, les restaurants à l’intérieur des campings et résidences de vacances, limitent au maximum les échanges avec la population locale.
    L’insatisfaction des habitants et des touristes est minimisée par les institutions qui se félicitent d’avoir battu le record de fréquentation de l’année précédente.
    Le message d’alerte et les mesures préconisées par le CNADT en 2003 concernant la perte d’identité des littoraux français sont toujours d’actualité.

  • Un milieu naturel rude

    pierre 17 - 03 Mars 2018 - 21h19

    Une explosion démographique continue ([lien supprimé]), liée à la recherche d’un climat doux toute l’année, doublée d’une migration estivale massive qui met à mal toutes les installations d’assainissement et d’approvisionnement.
    L’identité méditerranéenne, c’est un milieu naturellement ingrat, surtout en été par manque de ressources naturelles en eaux douces. On en a fait un paradis désirable toute l’année à coup d’aménagements très artificiels, mais l’équilibre avec les capacités d’accueil naturelles du milieu est rompu : essayer de rendre tout cela durable en conservant une population humaine qui surconsomme ressources et espaces est une vue de l’esprit : même en rendant 100% de la population plus “sobre”, on ne peut pas restaurer des écosystèmes fonctionnels.
    Quand au besoin de soleil des vacanciers du Nord… Il est légitime mais devra se diluer sur d’autres espaces que la côte méditerranéenne.

  • façade méditerranéenne

    Catherine Vigo - 27 Février 2018 - 14h18

    Faire respecter la loi littorale par toutes les communes, et aussi les propriétaires prives devraient y être contraints aussi, le rachat des espaces côtiers étant très chers... Eviter les constructions durables... Il faut obtenir des mairies une coopération par des lois... Limiter les ports de plaisance et marinas, contrôler les amarrages hors ports, aider à la reforestation des zones incendiées. Organiser le nettoyage des eaux de baignades

    pierre 17
    "aider à la reforestation des zones incendiées" sauf si le remède est pire que le mal. La nature sait très bien repousser toute seule, à condition d'être patient.
    • Pas d'accord
      0
    UNAN CM
    Et pas seulement en France mais aussi en Espagne, au Portugal, en Italie, Grèce et Croatie!
    • Pas d'accord
      0
    PIERRE H
    La loi littoral ne s'applique pas en milieu urbain ... et l'urbanisation est galopante .. le conservatoire du littoral ne se concentre que sur les espaces remarquables .. voila c'est simple , les espaces communaux en bordure de mer sont regis par les PLU et les plages par les concessions..
    • Pas d'accord
      0
  • Biogéographie, bioclimatisme et biodiversité au programme de l'ENA...?

    Gabrielle Raynal - 21 Février 2018 - 22h53

    Pourquoi soutenir la métropolisation de l'arc méditerranéen, développer les transports intensifs (aérien, ferroviaire, routier) et poser la question de l'identité de la façade méditerranéenne?
    L'art de vivre méditerranéen est plus lent que dans le Nord de l'Europe. Pourquoi forcer un fonctionnement qui va à l'encontre de son climat, de sa morphologie et de sa (ses) culture(s)?
    Nous faisions la sieste car il fait trop chaud pour bosser. et on nous pose des climatiseurs énergivores pour nous faire bosser à des heures qui conviennent à ceux qui n'y vivent pas!
    Lisez Francis Hallé et la Condition Tropicale... Nous av(i)ons, en bons colons, détourné et perturbé les territoires tropicaux pour mieux les exploiter. N'en est-il pas finalement de même avec notre façade méditerranéenne?

    Catherine Vigo
    Tres bien expliqué le développement réalisé est largement suffisant... Il faudrait aussi en convaincre les autres pays côtiers de méditerranée... En 60 ans le littoral ouest de la Corse est devenu infréquentable, déforestation des côtes... Plages et eaux qui ne sont plus reconnaissables. Et les croisiéristes suivis bientôt par d'énormes porte- containers chinois...
    • Pas d'accord
      0
  • On a perdu l’identité de la façade méditerranéenne

    Alba - 12 Février 2018 - 16h42

    La Méditerranée c’est la douceur du climat, une mer chaude et calme, des criques et une côte rocheuse, et une végétation caractéristique propre à tout le bassin méditerranéen. Malheureusement en moins de 50 ans l’appétit des promoteurs et de l’industrie du tourisme ont détruit toute cette nature et cette identité si particulière. Pour voir ce à quoi ressemblerait le bassin méditerranéen si on l’avait laissé se développer naturellement et à son rythme, il faut se plonger dans les photos du début du siècle. Maintenant tout est bétonné, envahi, la voiture est reine, les bouchons explosent en été, la pollution s’amplifie, d’un paradis nous sommes passés à une région invivable pour ses habitants. Les pouvoirs publics et les acteurs économiques locaux croient dur comme fer que toute cette bétonnisation et ce développement frénétique vont favoriser l’économie et développer l’emploi (la destruction de l’environnement étant pour eux un mal nécessaire) et continuent sur leur lancée, à tort.

    Bombom
    Il est vrai que nombre d'habitants de Marseille et du Var partent désormais passer l'été... à la montagne !
    • Pas d'accord
      0
    pierre 17
    Certaines portions de côtes de Croatie et du Montenegro donnent une idée de ce que nous avions... et qui semble perdu. A moins de faire vraiment le ménage, et de diminuer fortement la pression démographique.
    • Pas d'accord
      0
    Alba
    @pierre17 c’est vrai que certains rares endroits de la côte dalmate sont encore préservés et qu’on peut entrevoir ce qu’aurait été la côte méditerranéenne si les promoteurs, l’industrie du tourisme et les politiques locaux n’avaient pas tout détruit. Je suis trop jeune pour avoir connu la Méditerranée avant le boom touristique, ça devait être drôlement beau. Il semblerait que maintenant ce soit trop tard pour revenir en arrière mais le pire c’est que les constructions continuent à un rythme effréné et ce qu'il faudrait stopper. Quant à la pression démographique sur la région c’est effectivement une catastrophe.
    • Pas d'accord
      0

J'ajoute ma contribution

Les contributions sont désormais closes

Back to top