Autres commentaires sur la vision d’avenir proposée

Comment définiriez-vous l’identité et les singularités de la façade Sud-Atlantique ?

Ajouter ma contribution
  • Une forte identité naturelle rendue administrativement complexe

    Association T EAU T O PHIL - 19 Mars 2018 - 07h17

    A l'heure de l'instauration des nouvelles régions, la façade « Sud-Atlantique » devra gérer :
    -une métropole urbaine de son bassin versant reliée administrativement à la façade « Méditerranée »,
    -et des conflits d'usage autour de son « fleuve emblématique » évoqué quasi à sec l’été en 2050 dans cette même métropole.
    Ainsi, bien au delà de ses atouts, la façade Sud-Atlantique recèle intrinsèquement la problématique la plus complexe à résoudre au titre des 4 façades littorales, tout en étant paradoxalement aussi une problématique mondiale : comment réussir à mobiliser l'intérieur des terres pour le littoral et l’océan, sachant que cet enjeu abstrait est au mieux associé à quelques mégots ou bouts de plastique sur les plages... durant les mois d'été ?
    Que l'innovation, la connaissance et les freins levés renforcent son rayonnement par l’efficience des actions engagées face à ce défi et au changement climatique !
    Une façade d’avenir et de combats solidaires, humains et naturels !

    Association T EAU T O PHIL
    Si la première phrase de la vision proposée par le ministère de la Transition écologique et solidaire pour 2030 traduit ce défi intrinsèque... alors construisons une ''stratégie de façade'' efficiente avec un impact positif dès le premier jour sans se fermer aucune porte d'avenir. Sans jeu de mot, que cette « stratégie de façade » ne soit pas une façade.
    • Pas d'accord
      0
  • La multiplicité de structures intervenantes sur le milieu marin.

    stbx - 18 Mars 2018 - 14h39

    Les Directions Départementales des Territoires et de la Mer ( DDTM) dépendant des Préfets, jouent un rôle très insuffisant, voire inexistant, dans le contrôle de la réglementation marine ou le respect de préconisations qu’elles mentionnent dans les arrêtés préfectoraux s’appliquant au milieu marin.
    D’autre part, il est difficile de comprendre la répartition des rôles entre les différentes Administrations impliquées ou Etablissements publics (par exemple Grand Port Maritime dans leurs circonscriptions administratives) ou Agences, Organismes, Syndicats divers, Comités, Conseils ou Conservatoires, etc …
    Le grand nombre de structures intervenantes parfois avec des prérogatives contraignantes, indique la difficulté d’y trouver une certaine efficacité.
    Le mille feuilles en place atteint ses limites!
    Qui fait quoi, et qui contrôle …avec quels moyens?
    Réduisons et simplifions le système inefficace et coûteux actuellement en place.

  • Le partage de l’espace marin :

    UNAN CM - 12 Mars 2018 - 18h42

    Les récents conflits d’usage de l’espace littoral entre les différents acteurs de l’économie bleue démontrent qu’ils ne conduisent qu’à d’interminables actions juridiques qui ne résolvent rien et coûtent beaucoup d’argent aux entités concernées.
    Il serait surement plus satisfaisant de mettre en place un véritable processus de concertation entre tous les acteurs sous la forme d’un organisme reconnu pour son équilibre en termes de représentativité.
    Cette entité pourrait être intégrée dans les Conseils Maritimes de Façades ce qui supposerait qu’ils soient dotés des moyens adéquats pour agir comme un véritable arbitre et prescripteur des conditions d’attribution de l’espace public maritime à un ou plusieurs porteurs de projet, sans possibilité de recours juridique systématique.
    Il serait de plus souhaitable d’avoir préalablement revisité « l’empilage administratif » des organismes existants à tous les niveaux d’organisation de façon à éliminer les nombreuses redondances

    manuoléron
    merci de votre commentaire, effectivement cela éviterait redondances et contradictions
    • Pas d'accord
      0
  • Côte encore sauvage, accessible à pied et non aménagée, mais menacée

    Philippe GARCIA - 26 Février 2018 - 11h46

    La façade littorale landaise et girondine ressemble encore globalement à une côte sauvage, à l'exclusion de certaines zones (Cap Ferret, certaines dunes construites comme à Contis, ou Vieux boucau par exemple).
    On peut encore y accéder presque partout à pied ou à vélo, (pas de plage privée) et les plages ne sont heureusement pas aménagées comme en méditerranée.
    Il faut préserver cette image. La multiplication des 4 ou 5 cabanes de plage qui vous entourent désormais à quelques mètres à chaque arrivée de plage augure d'une bien triste évolution : et pourquoi pas 10 ou 20  cabanes rangées le long de la dune en rang d'oignon jusqu'à la prochaine plage?

    alain33
    preservont cette liberte et cette nature
    • Pas d'accord
      0
  • Réactualisation des politiques publiques

    Klima - 16 Février 2018 - 09h38

    Affirmer le caractère transitoire de la situation littorale sud Atlantique face à l’évolution des effets combinés du changement climatique que sont l’élévation du niveau de la mer, l’accentuation de l’érosion côtière, les vagues de chaleur estivales et la réduction de la ressource en eau potable. Cela conduit à penser un aménagement des territoires littoraux en profondeur, en recréant des solidarités entre le rivage, le rétro littoral et l’arrière-pays et surtout à engager la réactualisation régulière des politiques publiques de résilience dans un processus d’amélioration et d’adaptation continu.

    doudou
    Commentaire très général que ne désavoueraient pas es politiques qui parlent et ne font pas grand chose. Du concret! c'est ce qu'i nous faut!
    • Pas d'accord
      0
  • Zone de partage et de respect

    kevin henaf - 04 Février 2018 - 00h12

    Littoral façonné par la metéo, où l homme à ces traditions et un passé . Je pense que les extrêmes n ont pas leurs place dans les débats. La solution doit être en harmonie, avec notre culture, notre passé mais aussi avec la sauvegarde de l aspect et du fonctionnement de notre littoral. Pourquoi est-ce un drame que notre cote recul? Pourquoi certaines zones sont interdites de toutes promenades? ... Je pense que les maires ne sont pas compétents face à la complexitée des littoraux.

    restonserieux
    Si effectivement la partie sud du périmètre défini pour cette étude est clair (l estuaire de la Bidassoa à Hendaye, pouvez vous préciserexactement la limite nord. Si c est là Sèvre Niortais dans sa partie "Charente Martime" que devient l île de Ré et les côtés vendéennes qui lui font face dont là Faute sur Mer. Souvenez vous ....
    • Pas d'accord
      1
    doudou
    Hum! Si les maires étaient des experts cela se saurait! Mais ils ont souvent, dans les petites communes, l'avantage de partager leur bon sens avec leurs administrés et donc sont souvent efficaces dans leurs actions concrètes.
    • Pas d'accord
      0
  • préserver le littoral

    sly - 02 Février 2018 - 10h38

    zone touristique comme tout bord de mer, qu'il est nécessaire de préserver en limitant les constructions littorales, préserver la foret et les dunes, les chemins de promenade au détriment des voies de circulation qui deviennent trop encombrées et des constructions
    limiter l'arrivée de nouveaux habitants et les concentrer dans les métropoles plus éloignées du littoral mais mieux adaptées et équipées pour une population de masse
    développer les transports en communs : train, bus, vélo pour limiter l'utilisation des véhicules personnels

    Chantal Carcone
    Préserver le littoral en limitant les constructions et en plantant des espaces verts pour éviter que le sable soit trop intrusif !
    • Pas d'accord
      0
    Chantal Carcone
    Des plantations avec de longues racines pour retenir nos dunes et plages magnifiques
    • Pas d'accord
      0

J'ajoute ma contribution

Les contributions sont désormais closes

Back to top