Autres commentaires sur la vision d’avenir proposée

Que pensez-vous de la vision d’avenir proposée ?

Ajouter ma contribution
  • Il y a de la place pour toutes les activités nautiques

    Robert LAINÉ - 25 Mars 2018 - 11h05

    Le domaine maritime français est immense mais mal partagé. Trop souvent les choix locaux se font au détriment de l'intérêt économique global. Un exemple, l'implantation de filières proches de côtes qui fait perdre l'intérêt loisir nautique d'une zone alors que ce loisir nautique génère par ailleurs une activité économique bien plus grande que celle du pro qui a installé "sa filière". Voyez ce qui s'est passé dans le fjords du nord de l'europe ou dans les rias du sud: espaces massacrés par les cages à poisson et devenus un repoussoir du tourisme nautique. Alors que les mêmes cages un peu plus loin auraient eu un impact bien moindre.
    Je connais l'argument, ca aurai couté plus cher à exploiter! Mais peut être que les poissons auraient été de meilleur qualité?
    Ne répétons pas les erreurs des autres, c'est juste une question de bon sens que d'admettre que les zones côtières proches sont des zones touristiques et de loisirs aux quelles tous les citoyens ont aussi droit.

  • Simplification et réalisme

    CHLJO - 23 Mars 2018 - 18h36

    Au fil des lectures des participants, j’ai trouvé des évocations de mille feuilles, des rappels à de multiples textes et lois souvent inappliqués.
    Donc je souhaite que ce débat soit suivi d’une simplification des textes et des organes en charbge de leurs applications.
    Ce sera un plus pour tous, usagers, décideurs, politiques et privés.

    Si l’on prend pour base les CMF. Structure assez démocratique, à laquelle il faudra donner des orientations précises, avec les moyens nécessaires à leurs applications.
    Il faudra rendre la participation des membres de cette noble assemblée quasi OBLIGATOIRE.
    Avec des taux de participation qui vont de 46 à 66%. La qualité des débats ne peut être que remise en cause du fait de cet absentéisme.
    Deux absences consécutives doivent signifier l’arret du mandat, cette personne devant être remplacée au sein de son collège.
    Lorsqu’il s’agit du représentant d’un organisme tiers, tel que Fédération ou syndicat, ce dernier peut perdre cette représentation.

  • Rivalités et préjugés : n'ayons pas peur des vrais combats d'avenir !

    Association T EAU T O PHIL - 19 Mars 2018 - 07h19

    Biodiversité et conscience citoyenne ne suffisent plus à combattre une fatalité publique assumée par le littoral et l’océan. Il est impératif d’associer au quotidien tous les citoyens à cet enjeu majeur abstrait.
    Développons dans ce sens une industrie locale de l'eau de pluie urbaine : 100% gestion quantitative-100% restitution qualitative ! Que chaque citoyen vive au quotidien avec l'eau de pluie urbaine comme une ressource stratégique vitale… au sein de toutes aires urbaines. Avec aucun rejet de macro Déchet-Urbain-Migrant-Polluant (DUMP) de taille supérieur au mégot, cette industrie agira autant pour le littoral lointain que pour notre cadre de vie immédiat.
    La façade Sud-Atlantique a la particularité de devoir relever ce défi intrinsèque, sous peine d’un nettoyage sans fin de ses plages.
    PRIORITE n°1 omise : regardons le littoral et le large, mais impliquons bien loin à l’intérieur des terres !
    Donnons ce jour un avenir à l’océan qu’il restituera demain à notre littoral !

    Association T EAU T O PHIL
    ''En 2030... La solidarité entre l’amont et l’aval permet d’avoir une eau douce propice, en quantité et en qualité à la sortie des bassins versants...'' Oui, mais avec une adhésion au quotidien de tout le bassin versant au ''document stratégique de façade''. Sans des impulsions locales dans un cadre global, l'océan continuera à être la poubelle ultime de nos déchets urbains... qu'il nous restituera a minima sur notre littoral ! Il faut une transcription pragmatique de la vision pour 2030 du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire énoncée en introduction de ce commentaire. Une transcription au-delà des considérations de biodiversité et de conscience citoyenne !
    • Pas d'accord
      0
  • Le partage de l’espace marin :

    FNPA - 12 Mars 2018 - 18h46

    Les récents conflits d’usage de l’espace littoral entre les différents acteurs de l’économie bleue démontrent qu’ils ne conduisent qu’à d’interminables actions juridiques qui ne résolvent rien et coûtent beaucoup d’argent aux entités concernées.
    Il serait surement plus satisfaisant de mettre en place un véritable processus de concertation entre tous les acteurs sous la forme d’un organisme reconnu pour son équilibre en termes de représentativité.
    Cette entité pourrait être intégrée dans les Conseils Maritimes de Façades ce qui supposerait qu’ils soient dotés des moyens adéquats pour agir comme un véritable arbitre et prescripteur des conditions d’attribution de l’espace public maritime à un ou plusieurs porteurs de projet, sans possibilité de recours juridique systématique.
    Il serait de plus souhaitable d’avoir préalablement revisité « l’empilage administratif » des organismes existants à tous les niveaux d’organisation de façon à éliminer les nombreuses redondances

    Robert LAINÉ
    Oui Il serait utile que les représentants des diverses activités y compris la plaisance soient écoutés, leurs remarques prisent en compte et que les administrations rendent compte des raisons de leur décision et résultats en regard de la loi. Réduire le mille feuille administratif va nécessiter une responsabilisation de l'administration, vaste programme mais nécessaire pour restaurer ou établir la crédibilité de la dite administration aux yeux des citoyens. On ne veut pas plus de conseils ou comités Théodules pour noyer les poissons ou se repasser les décisions, on veut des résultats conformes aux lois votées par nos élus.
    • Pas d'accord
      0
    doudou
    La plaisance est un véritable enjeu trop souvent ignoré!
    • Pas d'accord
      0
  • Participation de la plaisance

    Iturri - 12 Mars 2018 - 10h32

    Les usagers des ports de plaisance ne sont pas pris en compte dans toutes ces réflexions. Les usagers sont représentés seulement à titre consultatif dans les conseils portuaires
    L' UNAN 40/64 qui représente les ports de Capbreton Anglet et Hendaye demande une modification des règles afin de pouvoir disposer de voix délibératives au sein des différentes organisations portuaires

    UNAN CM
    Soutien total de cette propositon: Comment peut-on imaginer que les usagers soient exclus du processus de décision? Aujourd'hui ils ont au mieux une voix consultative!
    • Pas d'accord
      0
    FNPA
    La FNPA soutient cette proposition au niveau national et la porte dans le cadre de la Confédération du Nautisme et de la Plaisance dont elle est membre, en demandant que le code des transport soit amendé dans ce sens.
    • Pas d'accord
      0
    CHLJO
    Pourquoi cette discrimination envers une population qui participe activement et financièrement au maintien de l’activite et de l’emploi dans nos ports ? Le pouvoir des « locaux » doit être partagé avec l’ensemble des contributeurs.
    • Pas d'accord
      0
  • Halte à l'artificialisation, figer la zone d'urbanisation, pas de densification des espaces semi-urbanisés

    Cote basque - 11 Mars 2018 - 15h58

    J'ai participé à l'atelier de Biarritz du 3 mars,. Le DSF doit être contraignant avec précision pour les SCoT et PLU. Curb L.129-1.
    Stopper l'Artificialisation:
    Quand il n'y a plus de terres non protégées pour construire il doit s'opposer au déclassement des autres (naturelles, agricoles, SPR ...). Les PLU doivent indiquer une diminution (souvent en %) par rapport aux 10 années précédentes. C'est une hérésie et l'ouverture à tous les abus. Si les 10 années qui précédent sont un abus de consommation d'espaces, cela va continuer; Il faut se référer par commune des terrains encore l'également constructibles. Quand il n'y en en plus: s’arrêter et s'opposer aux élus qui veulent modifier.
    Figer la zone urbanisée:
    La fin de zone est celle d'un état réel. La loi littoral permet de construire en continuité avec la fin de la zone urbanisée c'est un non sens car chaque année la limite est reculée, une limite chassant l'autre d'une année à l'autre en prenant sur les terres protégées.

  • Conchyliculture, pêche de loisir, et parcs naturels marins

    Philippe GARCIA - 28 Février 2018 - 12h03

    L'huître triploïde paraît incompatible avec « le maintien des entreprises ostréicoles de taille artisanale » : c'est une nouvelle culture intensive. Un permis de pêche en mer en urgence pour la « pêche de loisir éco-responsable » pour 3 raisons: collecter les données (pression de pêche, captures, pratiques), éduquer (tailles minimales, quotas et règles, respect de l'environnement) et représenter plus de 2 millions de pratiquants. La « gouvernance des espaces maritimes et littoraux » par le Parc Naturel Marin du Bassin d'Arcachon est verrouillée à l'avance. 56 personnes siègent au PNM: à côté des 7 représentants de l'état, 48 des 49 autres personnes sont toutes nommées par le préfet. Quatre représentants d'associations locales de protection des milieux marins et 1 représentant pour la pêche récréative face à 7 représentants de l'état, 16 pour les collectivités territoriales ou encore 15 représentants pour les organisations professionnelles dont 9 reviennent aux pêcheurs commerciaux.

    UNAN CM
    Le soutien de l'adminisration française au développement des élevages de triploïdes et aux filières est incompréhensibel
    • Pas d'accord
      0
  • Circuits courts et nouveaux usages : des écueils à éviter.

    Philippe GARCIA - 28 Février 2018 - 12h00

    Oui au développement des circuits courts et de l’économie sociale et solidaire pour la pêche à condition que de lutter contre l'économie souterraine (« Carte bleue refusée ») et d'assurer la qualité des déclarations de captures (perte du contrôle automatique par passage à la criée).
    « Intégrer la gestion environnementale et les nouveaux usages maritimes à l’activité de pêche traditionnelle » signifie qu'il faut faire des choix et non des mélanges hasardeux voués à l'échec. Il faut par exemple distinguer les espèces exploitables commercialement de celles dont il faut favoriser la valeur récréative. Les usages se multiplient sur le littoral landais et girondin: il est grand temps de leur réserver une bande littorale de sécurité.

  • RMD, silure, pêche estuarienne et diversité des métiers de la pêche : antagonismes multiples.

    Philippe GARCIA - 28 Février 2018 - 11h56

    Le « rendement maximal durable » priorise le maintien du chiffre d'affaire de la pêche commerciale sans tenir compte des intérêts de l'industrie de la pêche récréative. Les grands prédateurs (bar, saumon, maigre) doivent avoir un statut différent à cause de leur biologie spécifique et de leur valeur récréative. La seule frayère à maigre d'Europe est livrée à la pêche commerciale et l'AFB ne mentionne même pas cet enjeu comme majeur : responsabilité « européenne » pour l'esturgeon, mais pas pour le maigre ? On attend qu'il soit listé par l'UICN. Le silure qu'il faudrait « valoriser » est un concentrateur de polluants dangereux. Que soit publié le potentiel socio-économique des gaves réunis (confluents de l'Adour) hypothéqué par la pêche commerciale estuarienne qu'il est d'ores et déjà proposé de « maintenir ». Les filets sont exclus des estuaires américains depuis des lustres. Le chalutage fait partie de la « diversité des métiers de la pêche » mais n'est pas durable.

    UNAN CM
    L'UNAN CM et l'ensemble des pêcheurs plaisanciers soutien cette approche.
    • Pas d'accord
      0
  • Un rêve éveillé à l'opposé de ce que l'on constate sur le terrain

    Philippe GARCIA - 26 Février 2018 - 11h43

    Des « habitats marins propices » mais les chaluts labourent les fonds marins pour les criées de St-Jean-de-Luz et Arcachon.
    Des « nourriceries grâce au panache de la Gironde», mais on autorise les chaluts d'arcachon à moins de 3 milles des plages, on livre la seule frayère et nourricerie du maigre aux filets, idem tous les poissons (bar et Rochebonne, royale, sole) dont la "saison" correspond honteusement au frai
    Le "maintien des populations d’oiseaux marins", mais 15 cabanes de chasse au canard sont implantées dans la zone DO Natura 2000 FR7210031 du Courant d'Huchet
    "Une zone importante pour les grands cétacés" mais les pélagiques continuent à les martyriser, leur cadavres jonchent nos plages tous les hivers
    "La qualité de l’eau douce" mais les papeteries des landes déversent encore leurs eaux polluées dans la mer ou l'Adour (déversoir de Pichelèbe, Tartas)
    « une pêche préservant la ressource halieutique » mais les longueurs de filets embarqués dépassent les 30 ou 40 km par navire

    SKITINE
    Un constat de l'influence des lobbies économiques!
    • Pas d'accord
      0
    Robert LAINÉ
    Surtout un constat de la faiblesse de l'administration face aux lobbies, ce qui fait juste perdre la confiance des citoyens dans leur administration.
    • Pas d'accord
      0

J'ajoute ma contribution

Les contributions sont désormais closes

Back to top