Autres commentaires sur la vision d’avenir proposée

Que pensez-vous de la vision d’avenir proposée ?

Ajouter ma contribution
  • Mettre en valeur l'architecture balnéaire et le patrimoine maritime

    F Brasseur - 25 Mars 2018 - 23h53

    Il serait utile d'améliorer la connaissance du patrimoine bâti, comme celui lié aux activités économiques. Le patrimoine balnéaire est trop exposé aux dénaturations irrespectueuses de l'édifice originel, comme aux destructions naturelles en bord de falaise. Les quartiers balnéaires méritent des classements en aires de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine (AVAP) ou en secteur sauvegardé, ce afin d'en valoriser et d'en renforcer la "maritimité".

  • Valoriser notre environnement

    CM BOISNEL - LE BECQUET DE DIGOSVILLE - 22 Mars 2018 - 18h36

    Choisir l’attractivité douce
    - Développer les synergies avec le Conservatoire du Littoral, propriétaire de vastes espaces (en particulier dans l’Ouest de la façade) ;
    - Faire avancer les projets de classement « UNESCO » ou « Grands sites » ;
    - Privilégier une approche « naturelle » de l’attractivité touristique (NB : cet aspect est devenu le principal atout du département de la Manche, par ex) ;
    - Favoriser les fréquentations touristiques douces (développer : boucles de randonnées pédestres / pistes cyclables /circuits du patrimoine et de l’environnement, en zone littorale).

  • Protéger l'environnement

    CM BOISNEL - LE BECQUET DE DIGOSVILLE - 22 Mars 2018 - 18h35

    Préserver la qualité des milieux
    - Maîtriser la pression foncière et l’urbanisation littorale (la freiner quand nécessaire) / enrayer les tendances croissantes au détricotage de la Loi Littoral et autres protections environnementales (sous couvert d’autonomie locale) ;
    - Préserver / améliorer la qualité des eaux et la protection des écosystèmes ;
    - Promouvoir les techniques de pêche et les implantations de cultures marines les plus respectueuses des écosystèmes, (incluant la gestion/valorisation des déchets d’activité) ;
    - Anticiper et accompagner une gestion dynamique de l’évolution naturelle du trait de côte ;
    - Multiplier les informations de sensibilisation environnementale, en direction du public et en milieu scolaire.

  • Miser sur l'innovation

    CM BOISNEL - LE BECQUET DE DIGOSVILLE - 22 Mars 2018 - 17h53

    - Soutenir l’innovation et les recherches appliquées en lien direct avec les ressources et les problématiques maritimes / nouer dans cette perspective des partenariats avec des pôles d’excellence, y compris « non marins » (cf. nucléaire, par ex) ;
    - Développer la mise au point locale et l’implantation des énergies marines renouvelables (EMR) ;
    - Favoriser sur la façade même, la construction de pôles universitaires et technologiques pour disposer de viviers de compétences mobilisables dans la multiplicité de problématiques liées à la mer (cf. Bretagne) ;
    - Développer de manière raisonnée l’ensemble des cultures marines (pas seulement l’aquaculture → algoculture, par ex) ;

  • Valoriser l'existant et son potentiel

    CM BOISNEL - LE BECQUET DE DIGOSVILLE - 22 Mars 2018 - 17h52

    - S’appuyer sur les filières « métiers » en lien avec la mer et mieux les valoriser / promouvoir et développer les capacités locales de formation ;
    - Faire beaucoup mieux connaître les compétences / réalisations / atouts locaux : le diagnostic de façade fait apparaître le « faire savoir » comme une faiblesse récurrente d’une grande partie de MEMN (spectaculaire vis à vis des initiatives et de la notoriété de la façade Manche-Ouest, à situations comparables) ;
    - Valoriser le rôle et le potentiel des ports dits « secondaires » ; jouer + sur leur complémentarité avec ceux d’importance nationale ;
    - Faire cesser le sous-développement « organisé » du département de la Manche : retards énormes en matière de numérique et couverture téléphoniques / relations ferroviaires de plus en plus dégradées ou menacées / liaisons routières insuffisantes ou négligeant la mer.

  • Promouvoir une vision concertée

    CM BOISNEL - LE BECQUET DE DIGOSVILLE - 22 Mars 2018 - 17h13

    Faire de la concertation un outil de construction partagé

    Développer la concertation avec tous les acteurs, sous l’égide de l’Etat :
    - comme outil systématique de régulation / conciliation ;
    - pour optimiser la compatibilité / complémentarité des usages affectant l’espace côtier et prévenir en amont des conflits potentiels entre usages du littoral .

  • Promouvoir une vision globale

    CM BOISNEL - LE BECQUET DE DIGOSVILLE - 22 Mars 2018 - 17h12

    Mettre l’accent sur la cohérence
    - En termes d’objectifs : tenir compte de l’extrême hétérogénéité de la façade maritime MEMN (mastodontes économiques avec hinterland / zones quasi « naturelles » / espaces « intermédiaires »)
    ==> faire du « sur mesure » mais à partir d’une vision globale, en affinant des « vocations dominantes » par zones, avec des priorités différenciées ; corriger aussi des déséquilibres existants, dès lors que cela peut s’articuler avec cette vocation ;
    - En termes d’activités : accroître la recherche de synergies entre un maximum d’acteurs, en vue de bâtir une stratégie véritablement globale :
    interactions d’activités mer ⇔ mer, aussi bien que terre ⇔ mer
    (→ s’éloigner d’approches trop « en silo », par filières ou problèmes spécifiques).

  • Mieux intégrer la dimension internationale et transfrontalière

    CM BOISNEL - LE BECQUET DE DIGOSVILLE - 22 Mars 2018 - 16h56

    - S'appuyer davantage sur les politiques européennes → mise en œuvre des Directives UE couvrant de multiples domaines (activités sectorielles + protections environnementales et écologiques diverses) / meilleure gestion de projets éligibles à des Fonds européens ;
    - Anticiper et gérer les multiples impacts du Brexit ; (élément très important du contexte transfrontalier de la façade) ;
    - Développer les trafics portuaires d’éclatement / la construction-réparation navale de petites unités / la plaisance transmanche ;
    - Faciliter les liaisons entre la Normandie et les îles anglo-normandes (rééquilibrage nécessaire vis à vis de la Bretagne).

  • Mieux intégrer la dimension internationale et transfrontalière

    CM BOISNEL - LE BECQUET DE DIGOSVILLE - 22 Mars 2018 - 16h56

    - S'appuyer davantage sur les politiques européennes → mise en œuvre des Directives UE couvrant de multiples domaines (activités sectorielles + protections environnementales et écologiques diverses) / meilleure gestion de projets éligibles à des Fonds européens ;
    - Anticiper et gérer les multiples impacts du Brexit ; (élément très important du contexte transfrontalier de la façade) ;
    - Développer les trafics portuaires d’éclatement / la construction-réparation navale de petites unités / la plaisance transmanche ;
    - Faciliter les liaisons entre la Normandie et les îles anglo-normandes (rééquilibrage nécessaire vis à vis de la Bretagne).

  • Cartographie : cohérence

    CM BOISNEL - LE BECQUET DE DIGOSVILLE - 22 Mars 2018 - 16h47

    - Il y a des discordances entre schémas de façade MO et MEMN sur leur partie commune (département de la Manche). Ex : le Schéma Ouest identifie la Hague comme pôle touristique majeur, pas le Schéma Est => reporter sur la synthèse MEMN les indications manquantes.
    - Mieux expliquer la distinction (en termes de critères et d’impacts sur la gestion littorale) entre : pôle touristique majeur et espace touristique littoral majeur.
    - Pourquoi ne figurent pas des sites universitaires liés à la mer (Ex : Cherbourg/ Intechmer), quand la Bretagne en a fait un recensement exhaustif ?
    - Pourquoi les activités importantes de plaisance (infrastructures portuaires et activités associées) sont réduites à la mention d’un golfe normand-breton ; (cf. navigations transmanche + tout le long de la façade MEMN)?
    - Pourquoi reporter la culture du lin sur une synthèse cartographique de niveau très agrégé si toutes les activités « marines » importantes n’y sont pas répertoriées ?

J'ajoute ma contribution

Les contributions sont désormais closes

Back to top