Les activités et usages

Quelles activités en mer ou sur le littoral vous paraissent poser un problème et pourquoi ?

Ajouter ma contribution
  • résoudre le risque due la concentration de canalisations de transport de produits dangereux

    PIERRE H - 25 Mars 2018 - 18h57

    les canalisations de transport de produits dangereux sont classées en trois catégories selon les fluides transportés : gaz naturel, hydrocarbures / produits pétroliers (pétrole brut et produits raffinés) et produits chimiques (éthylène,oxygène, azote, hydrogène, etc.):

    1 237 km de canalisations de transport en Occitanie, dont 1 165 km de canalisations de transport gaz, 42 km de canalisations d'hydrocarbures et 30 km de canalisations de produits chimiques
    4 900 km de canalisations de transport en Provence-Alpes-Côte d’Azur, dont 1500 km de canalisations dédiées au gaz, 2500 km aux hydrocarbures et 900 km aux produits chimiques
    Les risques TMD concernent près des trois quarts des communes littorales méditerranéennes (73 %). C’est 30 points de plus que la moyenne des communes littorales métropolitaines et plus du double de la moyenne hexagonale. Plus de 80 % des communes littorales continentales sont concernées contre un peu plus d’une commune littorale corse sur deux (57 %)

  • Sensibilisation des usagers

    Thierry Deflandre - 24 Mars 2018 - 19h38

    Il est très difficile de faire respecter des règles trop nombreuses et portant sur des comportements. Il est préférable de donner à chacun la connaissance de son impact et l'envie de s'améliorer. Des campagnes de sensibilisation à l'environnement sont nécessaires et doivent s'appuyer sur des bénévoles d'associations environnementales, avec des financements publics. Exemples : impact des mégots sur les plages, impact des mouillages sur les fonds de posidonie, impact des batteries abandonnées...

  • La fréquentation des ports de plaisance

    AVSANE - 24 Mars 2018 - 17h39

    o La fréquentation des ports de plaisance devient préoccupante en raison des bateaux qui ne sortent jamais et occupent ainsi des places à quai infructueuses. La encore on ne peut multiplier les espaces pour faire des ports à terre. Il conviendrait donc d’imaginer une gestion des postes à quai qui ne font que du stationnement pendant trois ans, par exemple, de libérer le poste puisque les demandes sont croissantes.

    Thierry Deflandre
    Développer des ports avec mise à terre. Faciliter juridiquement l'enlèvement des bateaux inactifs.
    • Pas d'accord
      0
  • La fréquentation des plages et le stationnement des véhicules.

    AVSANE - 24 Mars 2018 - 17h39

    o Il n’y a pas compatibilité entre le nombre d’individus fréquentant une plage à 7m2/personne et la surface de parc de stationnement nécessaire pour les véhicules portant même quatre personnes. Sachant qu’un véhicule en stationnement organisé occupe 25 m.2, l’aire de stationnement, pour une plage de 1000 m.2 occuperait environ 900 m.2. Si l’on considère une occupation individuelle de 2,5 m.2, avec quatre occupants par véhicule, la même plage de 1000m.2, le stationnement de 400 véhicules nécessiterait un espace de 10 000m.2. Donc des déplacements par transport en commun s’imposent d’eux même.
    o Par ailleurs, les accès des véhicules aux presqu’îles devraient être réalisés aussi par des transports en commun pour éviter d’engorger les voies d’accès nécessairement en impasse. Par exemple, le quartier de la Tour Fondue à Giens pour accéder au parc national de Porquerolles.

  • La contamination des eaux côtières est bien toujours trop présente

    AVSANE - 24 Mars 2018 - 17h38

    • Les activités de carénage et d'entretien des yachts bateaux de plaisanciers dans la petite rade réclameraient un contrôle plus sérieux des zones utilisées à ces activités.
    • Les déchets plastiques et les hydrocarbures qui sont déversés en mer issu des continents, des bateaux de croisière ,des plaisanciers et même des avions, que l'on retrouve régulièrement suivant les vents par exemple dans la veille darse et aussi sur les plages environnantes.
    • Les premières eaux pluviales particulièrement polluantes, non maitrisées par les communes balnéaires, qui ne sont pas renvoyés dans le réseau d'égout puis vers les stations de traitement , quand elles existent…

  • La contamination des eaux côtières est bien toujours trop présente

    AVSANE - 24 Mars 2018 - 17h36

    • Les activités de carénage et d'entretien des yachts bateaux de plaisanciers dans la petite rade réclameraient un contrôle plus sérieux des zones utilisées à ces activités.
    • Les déchets plastiques et les hydrocarbures qui sont déversés en mer issu des continents, des bateaux de croisière ,des plaisanciers et même des avions, que l'on retrouve régulièrement suivant les vents par exemple dans la veille darse et aussi sur les plages environnantes.
    • Les premières eaux pluviales particulièrement polluantes, non maitrisées par les communes balnéaires, qui ne sont pas renvoyés dans le réseau d'égout puis vers les stations de traitement , quand elles existent…

  • Pêche et jets skis

    Marion B. - 23 Mars 2018 - 18h57

    Une meilleure réglementation de la pêche de loisir et du dialogue avec les usagers (à l'achat du matériel, lors de contrôles). Les jets skis posent de gros problèmes de sécurité et environnementaux dans les zones côtières sensibles, seuls les professionnels devraient être autorisés dans ces zones et d'autres pour les particuliers (comme pour la moto cross).

  • Conditions de mouillage des unités maritimes.

    Mairie Villeneuve-Loubet - 23 Mars 2018 - 09h06

    Celles-ci méritent d'être limitées selon les secteurs; complétées par le développement d’une pratique de mouillage écologique.
    Actuellement, chaque manœuvre de mouillage entraîne une ancre qui traîne, puis “croche”.
    La chaîne, sous l’effet de la houle et du vent, “rague” et balaye le fond sur tout le secteur d’évitage du bateau. Lorsque le bateau repart, l’ancre laboure à nouveau le fond.
    Les ravages causés sur la faune animale et végétale sont importants et particulièrement dramatiques sur l’herbier de posidonies.

    Thierry Deflandre
    Imposer un mouillage sur fond sableux
    • Pas d'accord
      0
  • Pollution venant de la terre

    flocuillie - 22 Mars 2018 - 20h45

    J’habite et travaille très prêt du littoral varois.Quotidiennement je constate une mauvaise gestion des déchets humains qui atterrissent systématiquement dans la mer. En particulier les marchés locaux de fruits et légumes n.ont pas à leur disposition des containers . Les fins de marché sont apocalyptiques surtout les jours où le mistral souffle car les déchets que les revendeurs ont laissē sur place s.envolent jusqu.a la mer. Il en est de même pour les polystyrènes des emballages des appareils électroménagers que les gens achètent. Ils jonchent les trottoirs et ne sont presque jamais dans des poubelles , ce qui éviterait pourtant de polluer la mer avec

  • INDUSTRIE - POLLUTION DE L'AIR

    Frédéric Gidron - 22 Mars 2018 - 19h48

    Compte-tenu des faits depuis plusieurs décénnies et des résultats négatifs quand à la pollution de l'air ainsi que la qualité de l'eau, il est important de revoir la politique d'aménagement industriel en la transformant et en faisant respecter les règles liées à la transition écologique. Il faut être plus strict au sein de notre territoire. Il en va de la santé de ses habitants. C'est intolérable. Réduire les zones seveso !

J'ajoute ma contribution

Les contributions sont désormais closes

Back to top