Les activités et usages

Quelles activités en mer ou sur le littoral vous paraissent poser un problème et pourquoi ?

Ajouter ma contribution
  • Non à la privatisation sauvage du domaine maritime

    Robert LAINÉ - 25 Mars 2018 - 09h34

    On voit de plus en plus d'engins de grandes taille, cages à poissons, filières à moules ou huitres dans la bande côtière et qui réduisent les zones de navigation pour tous les autres usagers du domaine maritime. De tels installations doivent faire l'objet de l'accord de tous les usagers alors qu'a ce jour c'est le 'fait du prince' de l'administration, parfois au mépris des lois et jugements rendus. De plus la plus part de ces engins ne font pas l'objet d'un balisage lumineux sur tous le périmètre ce qui les rends dangereux pour la navigation de nuit.
    Il faut revoir les règles associées à l'installation de tels engins, une signalisation diurne et lumineuse devrait faire parti des obligations imposées au propriétaire des engins et si elle est mise en place par la marine elle doit être facturée au prix coûtant pour ne pas être une charge pour l'état c'est à dire tous les autres usagers.

  • Enquête Public pour Extension des Parcs à Huitres

    Gingembre - 23 Mars 2018 - 17h31

    Je suis un navigateur à Ile-de-Ré (j’y ai une résidence) et je m’exprime ici pour protester avec force contre l’extension des parcs à huitres dans le Fier d’Ars ainsi que le long du chenal du Banc de Bucheron.

    A part du fait que ces parcs sont dangereux pour les enfants et ados qui font de la planche à voile à marée haute ou à mi- marée dans le Fier, ils ralentissent sérieusement les flux des marées augmentant chaque année l’ensablement de ces lieux.

    Idéalement, il faudrait faire enlever tous ces parcs déjà installés dont un certain nombre ne servent plus.
    En tout cas, il faudrait surtout pas en rajouter et exiger des ostréiculteurs qu’ils enlèvent les tables qui ne servent plus.

    Cordialement
    Paul Verhoeven

  • *planete

    thé-vert-equitable - 23 Mars 2018 - 14h53

    Quel avenir pour

  • Contribution

    thé-vert-equitable - 23 Mars 2018 - 14h51

    Les activités nautiques tel que "jet ski" font trop de bruit, les pêcheurs de bord à la canne sont omni présent sur les plages landaises et perturbent ainsi les baignades (expérience personnel). Les interdictions de circuler en voiture dans les forêts landaises bordant la mer sont illogiques sachant que les chasseurs et les pécheurs peuvent y circuler en toutes liberté.

  • Préserver la production d’huîtres creuses naturelles (diploïdes)

    stbx - 17 Mars 2018 - 15h38

    Les pratiques ostréicoles toujours annoncées comme traditionnelles ont cependant beaucoup évoluées depuis une dizaine d’années.
    Une meilleure traçabilité des productions devient nécessaire. Lieux d’élevage et non pas seulement d’affinage et surtout distinction des huîtres naturelles (diploïdes) et des huîtres triploïdes issues de manipulations de reproduction dans les écloseries.
    Les productions traditionnelles méritent d’être distinguées et préservées car risquant de disparaître face aux triploïdes bénéficiant d’un grossissement 30% plus rapide (pas de production de laitance car huîtres ne se reproduisant pas) et donc plus intéressantes économiquement à produire.

  • Préserver les ressources naturelles et mieux contrôler/réglementer les prélèvements

    stbx - 17 Mars 2018 - 14h47

    L’utilisation abusive et disproportionnée de moyens de pêche toujours plus performants, pour des profits économiques immédiats de quelques acteurs, conduit à une dégradation accélérée et durable du milieu naturel et une raréfaction des ressources.
    Une réglementation plus contraignante et surtout correctement contrôlée devrait être appliquée. La pratique du chalutage à proximité des côtes ou sur des zones exceptionnelles (plateau de Rochebonne par exemple) ou des nourriceries ou embouchures d’estuaires devrait être proscrite, au profit d’autres techniques plus sélectives et respectueuses du milieu.
    D’autre part l’implantation de zones de récifs artificiels devrait être développée dans la bande côtière dans des fonds de 10 à 20m.

  • Le trait de côte doit rester public.

    RBLOIX - 16 Mars 2018 - 10h42

    C'est une situation majeure en France. L'accès au littoral en bordure de mer doit rester libre au public. Ne prévoir aucune privation de cet espace dans le futur.

    Michele K
    Il est important de conserver libre le 'chemin des douaniers' ex: actuellement , on ne peut plus emprunter ce chemin a la pointe du Cap Ferret, car un particulier se l'est approprié avec la bénédiction des autorités et l'appui des media et ce dans une zone non constructible au départ. De telles dérives ne devraient pas être possible, et il est urgent d'enrayer ce phénomène . Il faudrait "exproprier des propriétaires qui ne le sont pas ( domaine maritime) et rendre a tous l'accès total au littoral.
    • Pas d'accord
      0
  • concession de plages et gratuité

    PIERRE H - 15 Mars 2018 - 12h38

    Le Domaine Public Maritime est l'enjeu de pratiques commerciales fortes. L'état y propose des concessions pour l'utilisation de surfaces jusqu'a 20% de la plage naturelle ou 50 % des plages artificielles aux mairies ou autres moyennant un prix au m2 de 9,27 euros + % recettes (dans le var par exemple), qui elles-memes sous-traitent à des restaurateurs. Sur ces lots on y trouve des batiments, terrasses, chaises et tables sur le sable ou matelas parasol.. Le probleme : la surface des plages s'est errodée depuis des lustres et comprend tout et n'importe quoi, surfaces de rochers, enrochements , corbelle, banc, rampes,enrobés, escalier, embarcadères, murs de béton existants , passerelle démontable.. la bande de 3 à 5 mètres pieds-secs face aux lots pour la circulation des personnes. bref les surfaces où l'on peut poser sa serviette gratuitement sont restreintes et de plus en plus..c'est un sujet de mécontentement constant

  • Programmer la fin du chalutage pour les pros et des filets pour les amateurs

    Philippe GARCIA - 26 Février 2018 - 12h02

    Le CHALUTAGE « artisanal » ou industriel doit disparaître. Technique auto-destructrice :
    1. la moins sélective (captures rares/indésirées tuées pour rien)
    2. taux de rejet inacceptable, oiseaux marins dépendants
    3. prises accessoires d'espèces d'intérêt communautaire (DAUPHINS), impliquée dans la pêche des frayères de bars
    4. dégrade les fonds marins  (il faut attendre une centaine de jours pour que les habitants des fonds sableux de chez nous se développent à nouveau.)
    5. la plus gourmande en énergie ( chalut de 12-18m :1,37 litre de gas-oil par kilogramme de poisson débarqué : il est subventionné pour ça. À terre on sanctionne à juste les pollueurs : incohérence et discrimination)
    6. peu performants en terme d'emplois créés ( 2,8 ETP/navire)
    7. La plus accidentogène « le métier pratiqué à la pêche le plus dangereux »
    8. valeur économique de la production médiocre (poissons étouffés dans la poche)
    FIN des FILETS à PIED sur l'estran (trafic, abus, sécurité et pratique non récréativ

  • Améliorer les pratiques durables de pêche et la sélectivité des prises

    FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT - 21 Février 2018 - 10h12

    Plus de 3500 dauphins se sont échoués sur la façade Atlantique entre janvier et avril 2017 d’après le centre PELAGIS. Dans leur grande majorité, ces dauphins ont été victimes de la pêche au chalut pélagique qui se pratique à cette époque au large des côtes françaises. Depuis plus de deux décennies, le niveau des captures de ces engins de pêche inquiète à juste titre les citoyens et la communauté scientifique. Il pourrait menacer la viabilité de la population de dauphins qui hiverne dans le Golfe de Gascogne. Les facteurs de risque ont été en grande partie identifiés et des solutions existent pour diminuer le nombre de captures accidentelles de dauphins mais elles ne sont pas mises en œuvre faute de volonté.
    Propositions :
    -Renforcer les contrôles sur les bateaux de pêche avec la présence d’observateurs indépendants qui vérifient si les chalutiers respectent les règles de la politique commune de la pêche;
    -Mise en place de dispositifs de sensibilisation et de formation des pêcheurs.

J'ajoute ma contribution

Les contributions sont désormais closes

Back to top