Les activités et usages

Partagez-vous l’idée que la pêche et l’aquaculture sont des marqueurs de l’identité du littoral de Manche Est-mer du Nord ?

Ajouter ma contribution
  • Des activités faisant partie intégrante du paysage économique du littoral picard (1/4)

    Baie de Somme 3 Vallées - 23 Mars 2018 - 16h51

    Mytiliculture, pêche côtière et pêche à pied font partie intégrante du paysage économique du littoral picard. Activités ancestrales, elles ont su se développer et s’adapter aux contraintes environnementales et réglementaires. Elles font néanmoins face aujourd’hui à des problématiques différentes. Ainsi, si la mytiliculture et la pêche à pied sont des secteurs à potentiel de développement, la pêche côtière fait face à un contexte réglementaire de plus en plus contraignant qui, même s’il s’avère nécessaire, borne son développement. Elle dispose toutefois d’atouts à valoriser.

  • Des activités faisant partie intégrante du paysage économique du littoral picard (2/4)

    Baie de Somme 3 Vallées - 23 Mars 2018 - 16h50

    Les objectifs visés par le futur Parc naturel régional Baie de Somme Picardie maritime en termes de mytiliculture, de pêche côtière et de pêche à pied se concrétisent au sein des mesures 3.2.1 (Préserver et valoriser le patrimoine immatériel) et 3.3.4 (Favoriser la mise en marché des produits locaux responsables, de la terre et de la mer) du Projet de charte du PNR, mais également dans des chantiers menés en partenariat avec le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale (cf. projet européen "Life + Pêche à pied de loisir", concours aux finalités du Plan de gestion du PNM, …) et l’Association pour le Développement Durable des Activités Maritimes dans les trois estuaires "Canche, Authie, Somme" (cf. association au Groupe d’Action Locale de la Pêche et de l’Aquaculture "3 estuaires" porté dans le cadre du FEAMP pour la période 2014-2020).

  • Des activités faisant partie intégrante du paysage économique du littoral picard (3/4)

    Baie de Somme 3 Vallées - 23 Mars 2018 - 16h49

    Ils visent à :
    • Conforter ces activités historiques dont les assises sont fortement ancrées territorialement, au moyen de politiques coordonnées de développement économiques empreintes d’exemplarité ;
    • Soutenir la création de nouveaux produits et de nouveaux débouchés et permettre à ces activités de bénéficier davantage tant des retombées de l’essor touristique que connaît la Picardie maritime depuis une trentaine d’années, que de celles liées à l’émergence de circuits alimentaires de proximité ;
    • Valoriser notre riche patrimoine maritime, souligner l’authenticité de notre littoral et de ses estuaires, mais aussi mettre en lumière l’action et les savoir-faire des femmes et des hommes qui gèrent et vivent des ressources de l’interface "terre-mer".

  • Des activités faisant partie intégrante du paysage économique du littoral picard (4/4)

    Baie de Somme 3 Vallées - 23 Mars 2018 - 16h49

    Puisque les périodes d’ouverture des gisements pour la pêche à pied de loisir sont généralement les mêmes que pour les pêcheurs à pied professionnels, il faut également souligner que le fait de soutenir l’activité de pêche professionnelle favorise également l’activité récréative de pêche à pied traditionnellement pratiquée en Picardie Maritime.

    En la matière, Baie de Somme 3 Vallées prône le « pêcher intelligent, pêcher durablement ». En respectant encore davantage les bonnes pratiques de pêche et les réglementations en vigueur, les adeptes de la pêche à pied de loisir préservent la ressource, le milieu marin et leur sécurité. Chaque pêcheur à pied de loisir contribue ainsi à ce que ce plaisir reste accessible à tous et pour longtemps, sans faire pour autant peser de menaces sur les ressources dont vivent les pêcheurs à pied professionnels.

  • Aquaculture non , pêche, plaisance oui

    Corto - 07 Mars 2018 - 15h07

    Non, l'aquaculture ne me semble pas du tout être un marqueur de l'identité du littoral. D'où vient cette drôle d'idée?
    En dehors de quelques zones d'ostréiculture (Cotentin) et de mytiliculture (Somme) ce n'est pas une activité marquante.
    En revanche la pêche fait selon moi partie de l'identité (Boulogne, Etaples, Le Tréport, Dieppe, Fécamp, St Vaast, Barfleur, Granville, etc.
    Les activités nautiques de plaisance (voile, pêche en mer ou du bord, pêche à pied, char à voile, etc.) sont bien plus maquantes que l'aquaculture, et historiquement implantées sur tout le littoral.

  • rigolo

    pipil - 26 Février 2018 - 15h34

    C'est quoi cette question ? Fo arrêter la fumette au ministère !! lol !
    "Un marqueur de l'identité" ... on peut voir ça comme ça, mais en vrai la pêche rapporte (ou a rapporté) du pognon au marins pêcheurs, aux mareyeurs, aux poissonniers qui tirent grande gloire et immense joie de pouvoir bénéficier ainsi de leur identité ... pffffffffffff

  • un espace à partager

    Manu Delcroix - 24 Février 2018 - 12h35

    Marqueurs de l'identité du littoral ! ! ! rien que ça, belle phrase !
    Les mouettes et le sable sont ils des marqueurs de l'identité du littoral ?
    Quel est le fond du sujet ? faut il supprimer la pêche et l'aquaculture pour laisser place au tourisme ou aux éoliennes ou à l'industrie ?
    Ne pouvons nous pas apprendre à vivre ensemble et à partager ce magnifique littoral ? Qui voudrait d'une aquaculture qui s'accapare toutes les plages ou de rangées d'immeubles sur la côte, en face de champs ininterrompus d'éoliennes?
    Certaines zones sont plus favorables à la pêche, d'autres à l'aquaculture, d'autres au tourisme, mais favorable ne veut pas dire exclusif. Apprenons à nous parler et à partager, le littoral était là bien avant nous et le sera aussi après, nous ne sommes que des colocataires, en serons nous des bons ?

  • Pourquoi l'aquaculture ?

    Bauduin - 22 Février 2018 - 17h37

    La pêche, oui ; se rappeler que l'aquaculture est relativement récent (30/40 ans) et qu'elle est source de pollutions (plastiques) et de risques sanitaires (cf la répétition des interdictions de consommation sur la côte ouest du Cotentin ; mais la beauté des paysages, le plaisir de la mer, sont des marqueurs autrement plus forts. Ce sont eux qui font venir le monde.

  • Nos rivages sont le reflet plastique multicolore de ce travail dur et intensif

    Laurent Colasse - 21 Février 2018 - 15h08

    La pêche & l’aquaculture sont notre culture. Mais ils sont clairement une source de pollution plastique massive de notre littoral ! Nos rivages sont le reflet plastique multicolore de ce travail dur et intensif : Polystyrène (flotteurs, bouées, caisses…) Polyamide (Bout de chaluts, de cordes, de filets…) Polyéthylène (Dollyropes, bidons et casiers, coupelles de naissains, filets de bouchots, poches à huitres,…) Caoutchouc (sangles à poches…) Les professionnels de la pêche doivent comprendre rapidement que les consommateurs sont très sensibles à l’état de propreté du milieu qui les fait vivres et nous nourrit ! Des solutions anciennes, différentes ou réellement biodégradables doivent être recherchées. En attendant, il est urgent de plus jeter par-dessus bord, de nettoyer à bord comme à terre. D’appeler à l’aide quand des coups de mer ont pulvérisés les installations afin de récupérer le maximum de débris au plus vite. La Mer est à tout le monde. Essayons ensemble de la conserver !

  • Pêche durable pour tous et développement durable appliqué !

    Émile Gallo - 11 Février 2018 - 11h38

    A quand les lois seront justes et appliqués pour le biens de tous et de l'environnement? (Relation entre pêche durable et quotas: ex. scandale d'intermarche, zones et quotas des pêcheurs a la ligne et chalutiers : plus je suis gros plus j'ai le droit de faire nimporte quoi, tout est une histoire d'argent. Les tricheries en fonction du lieu de débarquement ou alors les histoires de pavillons.
    Qu'on ne se le dise la réglementation en mer est aussi très faiblement appliqué : braconnage, quotas plaisanciers, zones interdites et dates chalutiers, coquilles. Le jour où la réglementation sera appliqué à tous et que tout le monde pensera à la mer avant son compte en banque sera déjà un grand pas car tout le monde sait qui est juste dans la réglementation ou non mais on ferme les yeux sur les autres alors que le mal qu'ils font est d'autant punissable. Mon point de vue personnel est qu'il faut arrêté d'être en démesure avec les chalutiers et qu'il faut commencer par appliquer le reste.

J'ajoute ma contribution

Les contributions sont désormais closes

Back to top