Les activités et usages

Quelles activités en mer ou sur le littoral vous paraissent poser un problème et pourquoi ?

Ajouter ma contribution
  • usages nocifs

    Jean Edouard - 25 Mars 2018 - 12h10

    en mer: rejet des sédiments du port de Rouen en baie de Seine. Non sens écologique et économique vue le coût d'utilisation des dragueuses.

    à terre: non preservation des surfaces naturelles et/ou patrimoniales

  • Respecter les avis scientifiques pour les limites de captures (TAC)

    Jean-Christophe Vandevelde - 20 Mars 2018 - 14h28

    Une étape indispensable pour assurer un avenir durable au secteur de la pêche est de gérer les espèces exploitées (les stocks) à des niveaux qui leur permettent de se renouveler. Cet objectif est inscrit dans la Politique européenne de la pêche depuis 2014 : d’ici à 2020, tous les stocks doivent être exploités au rendement maximum durable (RMD).
    Le problème est que la France ne met pas tout en œuvre pour atteindre cet objectif. Pour 2018, seulement 56% des limites de capture ont été fixées en accord avec les avis scientifiques, permettant de les placer sur une trajectoire soutenable. Près de la moitié des captures autorisées ne le sont donc pas. Les progrès restent trop lents pour que tous les stocks atteignent un niveau soutenable d’ici 2020, comme le requiert la Politique commune de la pêche. Les citoyens et les ONG ont un rôle essentiel de veille et d’alerte mais ce rôle est difficile à remplir du fait du peu d’écoute dont bénéficient les ONG auprès du ministère de l'agriculture.

  • Renforcer la protection des zones littorales

    Pittou - 20 Mars 2018 - 11h45

    La zone littorale est le lieu de rendez-vous entre de nombreuses activités et une forte ressource halieutique et biodiversité. Le rôle fonctionnel de cette zone, notamment comme lieu de grossissement des juvéniles, est primordial. Ces activités, qu'elles soient professionnelles où de loisir accroissent pourtant d'années en années leur pression sur le milieu. Il est impératif d'allouer plus de moyen aux dispositifs de protection, de renforcer les aires marines protégées et éviter, comme c'est le cas de plus en plus, les dispositifs de "papier".

  • En finir avec les dérogation de chalutage dans la bande des 3 milles !

    Pittou - 20 Mars 2018 - 11h34

    Le droit européen interdit la pêche au chalut dans la bande côtière des 3 milles, malheureusement il autorise également de déroger à cette règle. Ce règlement est donc totalement inefficace : aujourd'hui les dérogations de chalutage sont devenue la norme. Pour prendre un exemple concret, un arrêté préfectoral récent (décision N° 138 / 2018) autorise la pêche de toute la flottille dans la bande des 3 milles autour de l'archipel de Chausey. Il est temps d'en finir avec ces pratiques.

  • la réglementation en vigueur punit les pêcheurs amateurs !

    Leruinemaniac - 16 Mars 2018 - 03h51

    Depuis plusieurs années la réglementation en vigueur concernant la taille et les quotas se sont beaucoup durcit pour les pêcheurs amateurs néanmoins comme d'autres posts l'expliqueront mieux que moi la pêche en amateur est une activité qui ne prélève que quelques spécimens d'une espèce qu'ils recherchent un pêcheur est moins dangereux qu'un seul coup de chalut le quota d'un bar par pêche est en ce sens une aberration totale on ne prélève que ce que l'on peut manger et (pour les moins raisonnable) stocker donc je ne pense pas que prélèver une dizaine de bar tout les quinze jours soit un problème quand les jeunes bar sont littéralement anéantis par les chaluts. Il faudrait aussi interdire les viviers pour les pêcheurs professionnels certains crabes/homards s'échappe et meure faute de pouvoir s'alimenter à cause des élastiques sur leur pinces c'est du gâchis ! En temps que plongeur je constate ceci à chaque plongée et c'est à nous d'éparnier aux animaux ce sort cruel.

  • la réglementation en vigueur punit les pêcheurs amateurs !

    Leruinemaniac - 16 Mars 2018 - 03h51

    Depuis plusieurs années la réglementation en vigueur concernant la taille et les quotas se sont beaucoup durcit pour les pêcheurs amateurs néanmoins comme d'autres posts l'expliqueront mieux que moi la pêche en amateur est une activité qui ne prélève que quelques spécimens d'une espèce qu'ils recherchent un pêcheur est moins dangereux qu'un seul coup de chalut le quota d'un bar par pêche est en ce sens une aberration totale on ne prélève que ce que l'on peut manger et (pour les moins raisonnable) stocker donc je ne pense pas que prélèver une dizaine de bar tout les quinze jours soit un problème quand les jeunes bar sont littéralement anéantis par les chaluts. Il faudrait aussi interdire les viviers pour les pêcheurs professionnels certains crabes/homards s'échappe et meure faute de pouvoir s'alimenter à cause des élastiques sur leur pinces c'est du gâchis ! En temps que plongeur je constate ceci à chaque plongée et c'est à nous d'éparnier aux animaux ce sort cruel.

  • concession de plages et gratuité

    PIERRE H - 14 Mars 2018 - 19h20

    Le Domaine Public Maritime est l'enjeu de pratiques commerciales fortes. L'état y propose des concessions pour l'utilisation de surfaces jusqu'a 20% de la plage naturelle aux mairies moyennant un prix au m2 de 9,27 euros + % recettes (dans le var par exemple), qui elles-memes sous-traitent à des restaurateurs. Sur ces lots on y trouve des batiments, terrasses, chaises et tables sur le sable ou matelas parasol.. Le probleme : la surface des plages s'est errodée depuis des lustres et comprend tout et n'importe quoi, surfaces de rochers, enrochements , corbelle, banc, rampes,enrobés, escalier, embarcadères, murs de béton existants , passerelle démontable.. la bande de 3 à 5 mètres pieds-secs face aux lots pour la circulation des personnes. bref les surfaces où l'on peut poser sa serviette gratuitement sont restreintes et de plus en plus..c'est un sujet de mécontentement constant

  • La pêche industrielle

    Grégoire Rcs - 05 Mars 2018 - 17h48

    La pêche industrielle est un fléau dans les différentes mers du monde. L'Europe commence à prendre conscience de la menace qu'elle représente pour ses intérêts tant économiques qu'écologiques et a logiquement interdit la pêche électrique. Il faut à présent aller plus loin et durcir les règlements sur les méthodes de pêches destructrices type chalutage et non-spécifiques et surtout veiller à leur application.

  • Des sacs poubelles pour les pêcheurs !

    Elisabeth Elizabeth - 02 Mars 2018 - 19h17

    Les pêcheurs professionnels n'ont même pas de sac poubelle à bord !
    C'est encore possible aujourd'hui de jeter bouteilles, emballages etc par manque de volonté ?!!

  • La ressource

    albert - 26 Février 2018 - 19h19

    Une vie de pêche côtière sportive, enfant je pêchais toutes sorte de poissons du bord de belle taille et abondant, puis de moins en moins, j'ai acheté un petit bateau de pêche promenade, j'ai retrouvé quelques temps ce que je ne trouvais plus en surfcasting, aujourd'hui a nouveau plus de beaux poissons, et ceux qui en veulent vont très loin au large.
    J'ai compté dans les années 90 jusqu'a 25 chalutiers qui raclaient le fond des mois entiers sur une zone aujourd'hui devenue parc marin, des amis plongeurs me disaient voir le fond de la mer avec des sillons comme dans un champs labouré, ce mode de pêche détruit et déstructure les fonds marins, n'est pas sélectif, preuve en est des vidéo ressentes montrant des tonnes de bars pleins d’œufs rejetés morts à la mer, et ce n'est qu'une partie de l'iceberg.
    un moratoire sur les techniques de pêches durables laissant la population et la variété de poisson remonter à un niveau ou son exploitation laissera la ressource constante.

J'ajoute ma contribution

Les contributions sont désormais closes

Back to top