Les risques littoraux

Comment se prémunir des risques liés à l’érosion côtière, à la submersion marine et au changement climatique sur le littoral ?

Ajouter ma contribution
  • Prendre en compte les risques dans les programmes d'aménagement (1/2)

    Baie de Somme 3 Vallées - 23 Mars 2018 - 17h00

    La Picardie maritime présente de nombreux enjeux, au regard des risques naturels (submersion marine, érosion du trait de côte, mais aussi inondation par remontée de nappe, ruissellement et coulées de boues), qu’il convient de prendre en compte dans les programmes d’aménagement.

    La mesure 2.1.3 du Projet de charte du PNR (Anticiper les risques naturels sur les terres intérieures et la bande côtière), reprend l’ensemble des objectifs du territoire à ce sujet et précise la plus-value du futur Parc naturel régional Baie de Somme Picardie maritime. En effet, les chefs de file sur ce domaine sont :
    • L’Etat prescrivant les Plan de prévention des risques ;
    • Le Syndicat mixte Baie de Somme Grand Littoral Picard portant le PAPI (Programme d’Action et de Prévention des Inondations) Bresle Somme Authie ;
    • L’EPTB Somme – AMEVA pour la Stratégie Locale de Gestion du Risque Inondation.

  • Prendre en compte les risques dans les programmes d'aménagement (2/2)

    Baie de Somme 3 Vallées - 23 Mars 2018 - 16h59

    Le rôle du futur Syndicat mixte de Parc en la matière est néanmoins important avec :
    • L’intégration de ces enjeux dans le Schéma de Cohérence Territoriale et dans la stratégie de développement du territoire, en tenant compte :
    - des nécessités d’adaptation des activités humaines et de leur localisation ;
    - des notions de solidarité territoriale entre la bande côtière et les terres intérieures pour ce qui concerne notamment les risques littoraux.
    • La sensibilisation de la population et des élus aux solutions et recommandations permettant de réduire la vulnérabilité du bâti ;
    • La sensibilisation des élus pour la prise en compte du risque dans les documents d’urbanisme (cf. mesure 2.1.2) et les projets d’aménagement (cf. mesure 2.1.4) ;
    • L’accompagnement des communes dans la recherche de solutions innovantes et résilientes en matière d’habitat, d’aménagement d’espaces publics, ...

  • Se doter de Plans Climat Energie Territoriaux

    Baie de Somme 3 Vallées - 23 Mars 2018 - 16h57

    L’élaboration d’un Plan Climat Energie Territorial permet de compléter la contribution du futur Parc naturel régional Baie de Somme Picardie maritime pour répondre pleinement à l’objectif de lutte et d’adaptation au changement climatique. Il comporte dans son diagnostic un volet "Etude de vulnérabilité du territoire au changement climatique" et dans son plan d’action un volet "Adaptation au changement climatique".

  • Définir une stratégie globale

    JP Larue - 18 Mars 2018 - 14h15

    La protection du littoral, le développement économique et touristique, la transition écologique sont autant de points qui se doivent d'être traités de façon coordonnée car ils interagissent les uns sur les autres et toute action non coordonnée risque de déstabiliser d'autres points de façon importante.
    Un exemple est visible sur les plages de Barneville-Carteret. La création du musoir du port de plaisance a impacté les courants qui ont eux-mêmes impacté l'ensablement et la protection du littoral. On a donc développé le port pour des raisons économiques et touristiques mais l'impact n'a pas été évalué et conduit maintenant à la nécessité de réaliser des enrochements massifs afin de protéger la dune et les habitations et infrastructures littorales. Ces mêmes enrochements provoquent un abaissement de la plage et l'apparition de cailloux d'où impact sur le tourisme. Nous avons les connaissances pour traiter tout dans son ensemble et amener des solutions durables et efficientes. Allons y !!

    JP Larue
    Faute de place, je continue en commentaire : Les enrochements modifient donc lla plage en favorisant le départ du sable. Cet abaissement du niveau de sable augmente donc la hauteur d'eau lors des marées de vives eaux et aussi les effets de la houle. La force destructrice devient donc plus forte. Il faudra donc imaginer briser cette houle en amont de façon à adoucir les attaques du littoral et permettre le ré-ensablement qui semble bien la seule solution durable pour éviter la destruction de la bande littorale.
    • Pas d'accord
      0
  • Modification permanente même en zone vierge

    Leruinemaniac - 16 Mars 2018 - 04h17

    Je parlerai ici d'une petite plage Normande pas loin de chez moi, pas beaucoup de gens, pas d'infrastructures quelle qu'elle soit, du soleil bref un petit paradis perdu et protégé pourtant malgré sa conservation on y constate un net recul et pourquoi ? Car les marée et les tempêtes la façonne en permanence les animaux s'en accommodent très bien les usagers aussi et pourquoi ? Parce que l'environnement à toujours changé nous sommes sensé être en période de glaciation pourtant on bat encore des records de température d'ici cent ans si on stoppe toute émission de gaz à effet de serre ( la bonne blague) le niveau de l'eau monteras d'un mètre et il faudrat faire avec les plage sont des endroits qui vont disparaitre et aucune digue ne changera ça nous ne faisons que payer nos erreurs. La nature obéit à des lois précise il fallait peut être y faire attention il y a quelques années.

  • Pour une valorisation durable du littoral

    acanayer - 15 Mars 2018 - 13h03

    Soumise depuis 1986 à la loi Littoral, la Côte d’Albâtre doit allier à la fois préservation de son patrimoine naturel unique et développement de son économie, de son territoire.
    Cette bande littorale s’est donc engagée volontairement dans une démarche de développement de son économie autour de la valorisation de son patrimoine naturel et architectural, fruit de son histoire agricole. Les communes ont bâti leur projet de territoire autour de la valorisation, et la préservation de ce terrain, sont donc soumises à la fois à une législation stricte, mais doivent également prendre en compte les projets économiques, touristiques et agricoles..

    La loi doit être assouplie, pour répondre aux projets de territoires, qu’ils soient agricoles ou touristiques.



  • Les dangers 2

    jaquotiere - 06 Mars 2018 - 21h32

    J'ai fait une fausse manœuvre mes excuses.
    Notre planète est malade nous le savons toutes et tous. Le littoral subit a chaque grandes marées et vent cumulé des asseaux d'une violence inouï. Pourtant la pression immobilière sur le littoral est de plus en plus fort. Pour mémoire les anciens non jamais construit au bord de l'eau!! le recul du trait de côte et en forte progression y compris sur la côte ouest de la Manche.
    Donc, il faudra bien évacuer lorsque le danger sera présent. Je voudrais vous rappeler que lors du Grenelle de l'environnement et de la mer en 2008 2009 sous l'autorité de Jacques CHIRAC trois députés de la majorité dont Alain COUSIN de la circonscription Coutances Granville ont sorti un rapport des 200 pages. Ce rapport et très positif car il pa

    jaquotiere
    parlait de la modification du trait de côte et il mentionnait que lorsque le danger était présent il fallait évacuer vers l'intérieur.
    • Pas d'accord
      0
  • Les dangers:

    jaquotiere - 06 Mars 2018 - 21h20

    Notre pla

  • Eclaircir les rôles et compétences, garder les milieux naturels tel quels

    Grégoire Rcs - 05 Mars 2018 - 17h31

    La conservation du littoral et la gestion des risques sont à mon sens trop éparpillées à différents niveaux de compétences (loi Littoral, compétence GEMAPI trop général). Au lieu de diviser le trait de côte selon le territoire auquel il appartient (que ce soit par communes ou par départements), pourquoi ne pas reprendre un modèle similaire au comité de bassin pour la gestion des bassin versant à l'intérieur des terres, modèle qui a fait ses preuves et permet d'être cohérent d'un point de vue écologique ?
    D'un point de vue plus technique vis à vis de l'érosion, les reliefs naturels sont issus d'un équilibre écologique qui permet à la côte de résister, la modification des reliefs (création de dunes ...) me semble être à long terme contre productif ; la végétalisation des dunes existantes ne permettrait elle pas de "retenir" le sable plus efficacement ?

  • ... pour bâtir un plan de gestion s'appuyant sur nos ressources

    GPMD - 02 Mars 2018 - 18h38

    - de disposer d'un "plan de gestion" du trait de côte et des emprises du littoral sur le long terme, en ciblant d'une part les travaux d'aménagement permettant de disposer de matériaux et les autres sources de matériaux (carrières, etc) et d'autre part une priorisation des zones à renforcer
    Les activités portuaires permettent de contribuer activement à ces bilans et à ces analyses, en apportant une attention constante à ces enjeux et en engageant des travaux d'investissement ou de dragage d'entretien. Ces travaux permettent de disposer de matériaux (sables notamment) pouvant être réutilisés pour la protection du littoral (restructuration du trait de côte ou élévation du niveau des terres pour lutter contre le risque de submersion).

J'ajoute ma contribution

Les contributions sont désormais closes

Back to top