Objectifs stratégiques

Le plan d’action est la prochaine étape. Quelles actions vous semblent prioritaires pour atteindre ces objectifs ?

Ajouter ma contribution
  • Eau et Rivières de Bretagne demande une gouvernance Terre-Mer

    Jean-Yves - 25 Mai 2019 - 18h29

    Il faudrait mettre en place une gouvernance terre-mer. Il faut que la gouvernance du milieu marin récepteur, victime des nombreuses pollutions d’origine terrestre, puisse y imposer ses objectifs de retour au bon état à la gouvernance du monde terrestre. Le plan d’action devra imposer aux SRADDET d’introduire une vision marine de l’aménagement du territoire. Les SCoT devront avoir un volet maritime qui sera décliné dans tous les PLUi. Ceux-ci auront des objectifs ambitieux en matière de protection de l’environnement marin et littoral (qualité des eaux côtières, protection de la biodiversité littorale, passage de poissons migrateurs, zones d’expansion de submersions marines et de recul du trait de côte,…). L’accent sera mis sur un objectif immédiat de zéro artificialisation nette de la bande littorale.

  • Garantir le bon état écologique et prendre en compte les enjeux climatiques

    sepnb - 10 Mai 2019 - 15h18

    Les enjeux liés au réchauffement climatique sont absents du DSF (acidification, recul du trait de côtes, stockage du CO2) Or ce sont les priorités opérationnelles à venir.
    En même temps est essentielle la qualité des eaux, Bretagne Vivante fait des propositions : mettre en place une instance de concertation pérenne DSF/SDAGE pour mieux articuler les 2 projets, objectifs et programmes d’actions. Contrôler l'artificialisation du littoral pour tendre vers le 0 artificialisation nette prévue par la loi biodiversité. Aller vers une gestion plus efficiente des aires marines protégées, des îles et îlots. Progresser dans la gestion des pollutions et des déchets marins. Définir des zones de restauration du milieu marin et 2 zones de conservation halieutique.

  • respecter l'équilibre entre l'efficacité et la durabilité des activités humaines

    Fédération des Industries Nautiques - 27 Mars 2019 - 11h01

    La planification est définie par la Commission européenne de la façon suivante : « il s’agit de planifier où et quand les activités humaines qui se déroulent en mer, afin de garantir autant que possible leur efficacité et leur durabilité ».
    C’est cette philosophie, basée sur un équilibre entre efficacité et durabilité, qui devra guider l’élaboration du plan d’action. Il faudra aussi qu’il soit accompagné d’une planification budgétaire adaptée et concertée entre les acteurs publics et privés.

  • Quels moyens les régions Bretagne Pays de la Loire vont -elles mettre pour l'atteinte de ces objectifs ??

    Noël C - 12 Mars 2019 - 11h52

    Quand on regarde sur le long terme les moyens que la puissance publique (Europe, État, Régions, Collectivités territoriales, agences de bassin) consacre à l'atteinte des objectifs proclamés pour le littoral et la mer, on est effarés par la faiblesse de ces moyens !

    Par exemple, pour l'objectif stratégique d'atteindre le bon état des eaux littorales (écologique et sanitaire) : quel pourcentage des budgets de l'Europe, de l'État, des agences de l'eau a été consacré à cette "obligation de résultat" ?

    Et ne me répondez pas, SVP, en termes de milliards d'euros consacrés à la connaissance du milieu, aux études d'impact etc…, car ces objectifs stratégiques sont, certes, tout aussi importants, mais ils n'ont pas la même urgence et , surtout, la même obligation de résultats…

    Alors, je repose la question, quels moyens les puissances publiques (nationales, en charge de mettre ces objectifs stratégiques de façade, vont-elles mettre en œuvre sur les objectifs prioritaires?

Back to top