Objectifs stratégiques

Les objectifs définis pour la façade permettent-ils d’avoir des retombées économiques et sociales positives et d’atteindre la vision à l’horizon 2030 ?

Ajouter ma contribution
  • Des objectifs socio-économiques pour le nautisme et la plaisance qui manquent d'ambition

    Fédération des Industries Nautiques - 27 Mars 2019 - 11h17

    La vision pour la façade Sud Atlantique à l’horizon de 2030 identifie le nautisme comme une filière motrice représentant « de réelles opportunités en termes d’emplois » mais les objectifs stratégiques pour les industries nautiques et la plaisance ne permettront pas d’atteindre complètement cette vision. Ils ne sont pas assez ambitieux en termes de politique d’emploi, de formation, mais aussi d’accès au foncier, aux quais et à l’eau, ou de développement de la pratique.
    Les objectifs stratégiques ne pourront par ailleurs être opérationnels que s’ils sont accompagnés d’une planification budgétaire adaptée et concertée entre les acteurs publics et privés.
    Il faudra également veiller à ce que le plan d’action conserve bien l’équilibre entre développement économique et préservation de l’environnement, qui sont les deux piliers de la planification maritime

  • Les objectifs économiques seront remplis avec de nombreuses surprises, malheureusement

    Christian Boireau - 07 Mars 2019 - 18h21

    Les objectifs économiques seront toujours remplis car la variable d’ajustement sera l’environnement. C’est pour celà que nous en sommes là aujourd’hui, il y a forcément des leviers économiques (emplois) qui seront toujours utilisés pour faire reculer les efforts nécessaires pour une meilleure gestion de l’environnement.
    Tant que les mesures pour lutter contre les pollutions seront présentées comme des coûts sans retours sur investissements il y aura cette dichotomie entre l’environnement et les secteurs polluants. Dans une décennie, peut-être moins les coûts de dépollutions seront tels que nous serons en irréversibilité économique pour gérer le cataclysme écologique et là l’économie basculera dans un schéma paradigmatique dont on ne connaît rien aujourd’hui mais qui ne présage forcément rien de bon.

Back to top