Situation de l'existant

Le diagnostic environnemental, social et économique présenté et les enjeux identifiés vous paraissent-ils refléter la situation de la façade ?

Ajouter ma contribution
  • Les éléments fragiles et menacés

    Puits marin - 24 Mai 2019 - 19h40

    Le diagnostic environnemental, social et économique recense un très grand nombre d'éléments essentiels dans la Manche et auxquels l'installation et l'exploitation des éoliennes porteront gravement atteinte (sites Natura 2000, classement au patrimoine de l'Unesco, travaux et exploitation des éoliennes, générateurs de bruits et de vibrations fortement perturbant pour les poissons et les mammifères marins, anodes sacrificielles introduisant des substances chimiques extrêmement nuisibles pour la qualité de l'eau et pour les poissons, existence d'une activité de pêche extrêmement importante, densité des câbles perturbant la pêche, densité extrême de la navigation, etc.

  • Contribution du Syndicat Français de l'Aquaculture Marine et Nouvelle (SFAM)

    SFAM - 21 Mai 2019 - 16h38

    - Le document fait état d’ambitions en matière de recherche et innovation, mais ne laisse aucune place à la pisciculture dans les dispositifs envisagés. La filière s’interroge notamment de l’absence de la plateforme expérimentale « Nouvelle vague » dans le chapitre consacré à la recherche.
    - Le document cherche à améliorer les modalités de commercialisation et à développer les activités de transformation. Il s’agit là d’objectifs pleinement partagés par la pisciculture marine, néanmoins, les modalités envisagées dans le document accordent une prééminence extrême aux mareyeurs, au risque d’occulter d’autres modes de commercialisation.
    - Il est prévu comme cible à atteindre une augmentation de 40% de la production piscicole marine. Cependant, le PSNPDA prévoyait comme cibles, à partir de 6 000T produites en 2012 :
     10 000T (estimation basse)
     20 000T (estimation haute)
    La cible est donc en dessous des cibles du PSNPDA.

  • Un état des lieux à la Prévert pour noyer les évolutions qui peuvent poser problème dans un fatras d’informations annexes

    Gérard POIRIER - 15 Mai 2019 - 14h04

    Le document est basé sur 18 sujets dont la plupart ne sont pas des sujets nouveaux et ayant de nouvelles interactions entre eux.
    •Le sujet n°7 « production d’électricité » est le seul avec un impact important sur la région et sur ses activités existantes.
    •Il est noyé au milieu de cet inventaire à la Prévert pour pouvoir dire que tous les sujets ont été traités, et surtout pour que nombre de personnes retrouvent leur sujet de prédilection dans ce document,
    •Cependant, les orientations « tout éolien » vont avoir des impacts fort négatifs d’abord sur la pêche qui sont totalement sous-estimés et minimisés dans le document.
    •Il en est de même pour l’impact négatif important sur les zones Natura 2000 et la protection des espèces et de la biodiversité.

  • Non au parc éolien

    Agnes76 - 13 Mai 2019 - 22h56

    Bonjour,
    je connais bien cette façade.
    Il y a des choses à faire, certes.
    Mais mettre des éoliennes en mer, bétonner, polluer avec les éoliennes et une fausse bonne idée. Et une idée non-écologique.
    Il existe de l'énergie propre, vraiment propre.
    Pourriez-vous nous faire des propositions dans ce sens ?
    Je vous remercie,
    Agnès Pauper

  • Invasion industrielle en mer

    PPYE - 29 Mars 2019 - 08h41

    Je critique le choix de la politique énergétique en général. Produire ou économiser l'énergie, reconstruction du logement français = emplois = moins de besoins. Ensuite la préemption sur le domaine maritime fait de façon violente sur les métiers de la pêche artisanale. Désertification des campagnes et des artisans dans l'agriculture et la pêche et dérivés. La légalité du projet au niveau européen par le financement de cette énergie et des faveurs octroyées par rapport à la pêche p.e. Les points noirs du point de vue écologique, terres rares à la construction, impact négatif à la mise en chantier et aggravé par la position de certains parcs comme le Treport (variante pêcheurs) + nuisances minimisées. Moins de création d'emplois que de perte. L'économie maritime française est de 500000 emplois et 100 milliards € de CA, mettre plus de 2000 éoliennes en mer à moyen terme est irresponsable. Plus personne ne voudra naviguer dans ces zones devenues potentiellement dangereuses, etc, etc...

  • Chiffres relatifs aux industries nautiques

    Fédération des Industries Nautiques - 27 Mars 2019 - 10h48

    Les chiffres relatifs aux industries navales et nautiques, dans le descriptif des activités maritimes, datent de 2014 (page 13 du document synthétique). Les stratégies maritimes vont être publiées en 2019 et les DSF vaudront pour 6 ans. Ces chiffres sont donc déjà trop anciens.
    C’est d’autant plus le cas que l’activité des industries et services nautiques, relatifs uniquement aux bateaux de plaisance (à ne pas confondre avec les industries navales), repart à la hausse, après plusieurs années de crise.
    En 2017, ce secteur à lui seul comptait 5 468 entreprises pour 4,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires et 41 456 salariés. La façade MEMN représente 5,2% de ce chiffre d’affaires et 5,6% des effectifs totaux.

Back to top